BE73 7331 0001 0060

Les fistules vésico-vaginales.

Image

Qu'est-ce qu'une fistule vésico-vaginale?

Une fistule vésico-vaginale est une liaison non-naturelle entre la vessie et le vagin. Celle-ci peut apparaître consécutivement à une opération, à des radiothérapies ou de cytostatique (chimiothérapie) mais sous les tropiques, elle est le plus souvent causée par un accouchement trop long.

On estime entre 50.000 à 100.000 les nombres de nouvelles patientes atteintes de fistule chaque année et au niveau mondial, on recense plus de 2 millions de patientes, principalement en Afrique et en Asie (Cook RJ, Dickens). Ces chiffres sont probablement en dessous de la réalité car une grande partie des femmes ne se rendent jamais dans un centre médical et échappent ainsi à tout recensement. Les patientes atteintes de fistules sont souvent jeunes (1/3 ont moins de 16 ans), sont non-scolarisées, issues d’un milieu socio-économique très bas et souvent sous-alimentées. Une fistule vésico-vaginale apparaît souvent après la première grossesse. L’accouchement se passe souvent sans accompagnement ou est réalisé par une personne sans formation, il dure longtemps (parfois jusqu’à quatre jours) et dans pratiquement tous les cas, l’enfant est mort-né.

Que fait MSV?

C’est lors de ses missions en RD Congo que le Dr. Emile De Backer, un bénévole MSV, a été confronté à ce problème. Il a alors visité l’ "Addis Abeba Fistula Hospital" en Ethiopie, qui dispense des formations autour de cette pathologie. Grâce à son intervention auprès de ‘l’Association des Urologues Européens' (European Board of Urologists), il a pu disposer d’un fonds pour permettre à nos bénévoles et à leurs collègues africains intéressés dans la problématique, de suivre un stage de formation dans cet hôpital de renommée mondiale. Cinq équipes mixtes ont pu suivre ce stage.

Inspiré par sa visite à l’Hôpital de la Fistule en Ethiopie, le Dr. De Backer a ensuite été l’instigateur d’une initiative semblable à l’Hôpital Saint Joseph de Kinshasa, qui sert souvent de référence en RD Congo. C’est ainsi qu’en 2007, une nouvelle unité, la ‘Clinique de la Fistule’, a été créée. Celle-ci a officiellement été ouverte en 2008, sous la responsabilité du Dr. Dolorès Nembunzu, que le Dr. De Backer a personnellement formée tout au long de ses missions MSV.

Le Dr. Dolorès Nembunzu a déjà opéré de simples fistules avec un pourcentage de réussite de plus de 80 %. Le Dr. De Backer continue à se rendre deux fois par an en mission pour enseigner des techniques plus pointues à la responsable du service et former d’autres médecins. Sur le long terme, le Dr. Nembunzu sera aussi capable de former les médecins locaux.

  • MSV s’engage à assurer l’infrastructure et le fonctionnement de cette initiative unique. Ainsi, elle envoie du matériel médical et réduit les frais de traitement en intervenant dans les frais des opérations. MSV envoie également des équipes de médecins et d’infirmiers à Kinshasa pour assurer la formation nécessaire aux opérations et aux soins consécutifs. Les soins post-opératoires sont effectivement souvent sous-estimés alors qu’ils sont d’une importance capitale pour la guérison.
    • MSV voudrait développer un centre de pointe en la matière mais avec un accès privilégié pour les femmes de Kinshasa et de la région. MSV donnera les moyens nécessaires pour la réalisation d’opérations et prendra en charge les frais de l’opération pour les patientes qui sont rejetées par leur famille.
    MSV envisage de créer des projets similaires dans d’autres régions du RD Congo étant donné que la prévention et les connaissances de cette affection sont très limitées.
    Que feriez-vous pour le sourire d'une jeune fille?