BE73 7331 0001 0060

D'ingénieur électromécanique à expert en génie biomédical. "Nous renforçons la confiance des patients dans les soins hospitaliers, en partie grâce à des équipements qui fonctionnent correctement."

Isidore portret

Isidore Murhula Bazibuhe a suivi pendant 2 ans une formation de technicien biomédical dans le cadre du projet Jenga Maarifa de Médecins Sans Vacances en RD Congo. "Entretemps, nous avons réparé de nombreux dispositifs médicaux, éliminé des pannes, nous assurons désormais nous-mêmes la formation et nous renforçons la confiance des patients dans les soins de l'hôpital."

Développer les connaissances

Depuis 9 ans, Isidore travaille comme ingénieur électromécanicien à l'hôpital général de référence Dr. Rau à Ciriri, dans l'est du Congo. L'hôpital est une référence dans la région et touche environ 336 756 personnes. Il est supervisé par le BDOM (Bureau Diocésain des Œuvres Médicales) de Bukavu. Médecins Sans Vacances soutient des projets dans cet hôpital depuis trente ans. En 2016, ils ont organisé une formation de deux ans en collaboration avec la province du Brabant flamand sous le nom de Jenga Maarifa, qui signifie "développer les connaissances" en swahili. Grâce à cette formation, une vingtaine de techniciens de la RD Congo et du Burundi ont pu se spécialiser dans les techniques biomédicales.

Touche-à-tout

En 2011, l'Organisation mondiale de la santé a constaté que certains équipements médicaux dans les pays en développement sont non fonctionnels, obsolètes ou inutilisables parce que les techniciens sont incapables de les réparer. Ceci n'était pas différent à l'hôpital de Ciriri Isidore : "Nous recevions du matériel médical depuis des années, mais lorsqu'il tombait en panne, nous ne pouvions parfois pas le réparer. J'ai étudié l'électromécanique mais je ne connaissais rien aux équipements médicaux quand j'ai commencé ici. Nous étions des techniciens polyvalents qui effectuaient toutes sortes de réparations dans le domaine de l'électricité et de la plomberie. Grâce à la formation Jenga Maarifa dispensée par Médecins Sans Vacances, nous sommes désormais spécialisés en ingénierie biomédicale et transmettons à notre tour ce savoir. ”

Utilisation correcte

Après 3 ans, Isidore voit les résultats de sa formation. "Nous avons énormément réduit le nombre de pannes. Actuellement, quelque 94% des équipements que nous utilisons fonctionnent. Dans le passé, des techniciens étrangers devaient venir résoudre ces problèmes, mais ce n'est plus le cas. Par exemple, nous avions des unités d'oxygène où, apparemment, plus d'air passait que d'oxygène, mais nous ne le savions pas. Nous savons maintenant comment utiliser, réparer et entretenir l'équipement. Nous pouvons également expliquer aux médecins, de manière très détaillée, comment utiliser correctement l'équipement. En fin de compte, une telle initiative est extrêmement bénéfique pour les patients."

Centre de formation

La coopération avec le personnel a également changé. "Avant, nous étions plutôt considérés comme des ouvriers qui travaillaient à l'hôpital. Maintenant, tout le monde comprend que, tout comme les infirmières et les médecins, nous sommes nécessaires pour apporter des solutions lorsque quelqu'un est malade."

"Les patients se rendent à l'hôpital plus fréquemment qu'avant", déclare Isidore. "Avant, ils restaient parfois à l'écart car ils remarquaient que nous ne pouvions pas toujours les aider en raison de l'équipement défaillant. La confiance s'est énormément développée entretemps." En outre, l'hôpital est actuellement devenu un centre de formation national où des techniciens de tout le pays viennent se former. Isidore a formé une cinquantaine de personnes ces dernières années. "La technologie évolue tous les jours. J'espère que Médecins Sans Vacances pourra continuer à faciliter la formation car les résultats que nous obtenons sont extrêmement positifs. ”

 

Vous désirez offrir un soutien à Médecins Sans VacancesAllez-vite sur https://www.msv.be/soutenir pour faire un don. 

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/ArtsenZonderVakantie 

 

Texte: Ann Palmers

Share/Save