BE73 7331 0001 0060

Apr
2
2010

Un des patients de Gatagara.Notre équipe a fait bon voyage: chacune et chacun, nous sommes chargés comme des baudets pour acheminer du matériel médical.  Tout le monde a le sourire dans l’aérogare de Kigali où nous sommes accueillis par de nombreux amis. Frank De Weer en personne est le premier à nous souhaiter bonne mission. Sixte, notre incomparable anesthésiste, a tenu aussi à venir nous saluer. Il rejoindra l’équipe deux jours plus tard.
C’est le calme avant le rush, ce dimanche à Gatagara. Lia et Marc (sixième passage au HVP) donnent les explications d’usage à Elly et Ad Diepstraten dont c’est la première ici. Annemie, elle, revient, heureuse, pour la seconde fois en quelques mois.

Le « tamtam » a bien fonctionné, des cohortes de patients affluent vers le Centre ce lundi-matin. Par dizaines, femmes, hommes, enfants, vieux, jeunes arrivent avec, dans le cœur, un immense espoir : être vus, être soignés par les « Médecins Sans Vacances ».

Certains viennent de loin, habitent à des heures du HVP. Dans la chaleur intense, ils patientent pendant que les membres de l’équipe font face. Comme ce patient paraplégique depuis huit années qui sera vu, dans un premier temps, chez les kinés. Il a entendu évoquer l’arrivée de « MSV » à la radio. Il rêve d’une intervention chirurgicale dont on lui a parlé. À la kiné, nous connaissons nos limites pour lui (quelques conseils, de l’écoute). Nous savons qu’il ne faut pas engorger plus les consultations d’orthopédie. Nous connaissons les priorités. Le patient acceptera, cependant, de refaire le même chemin Kigali-Gatagara le lendemain. Marc le reçoit, il va l’aider à faire l’indispensable deuil de ses espoirs irréalistes. Il va lui suggérer des petites solutions pratiques.

Un des patients de Gatagara.Je redoute, à la kiné, la déception du patient après tant d’heures d’attente, de kilomètres parcourus, lorsque je l’aperçois. Et bien non ! Cette visite lui a fait le plus grand bien. Il s’excuse de venir à nouveau abuser de notre temps. Ensemble on échange une nouvelle fois, oui, ON ECHANGE.

À côté du cas de ce monsieur, il y a Marceline, qui use ses genoux sur le béton du HVP en attendant son heure. Celle-ci ne tarde pas, elle sera opérée le 23 mars par Ad. Elle souffre de deux pieds bots. Marceline va marcher, va courir dans sa colline.

Deux cas parmi des dizaines d’autres parfois plus spectaculaires. Un miracle, à coup sûr pour Marceline ! Comment qualifier la visite du monsieur paraplégique ?

Les dizaines de consultations s’enchaînent, le planning des interventions prend forme. Les six « Umuzungus » (blancs) viennent de passer sans transition de températures proches de 0° à plus de 25°. Les visages des membres de l’équipe sont radieux ce soir, les corps, eux, sont fatigués.
Débutons les premières opérations!

Jean-Marie Adam

April 2010